Faut-il donner du Smecta au chat en cas de diarrhée ou selles molles ?

144 vues 0 commentaire
12 minutes de lecture
Peut-on donner du smecta à son chat ? Diarrhée et selles molles Peut-on donner du smecta à son chat ? Diarrhée et selles molles

Que faire en cas de selles molles ou de diarrhées du chat ? Le réflexe de bon nombre de propriétaires est de penser à donner du Smecta au chat, ce plâtre intestinal si performant chez les humains. Mais est-ce une si bonne idée que cela ? Cette solution est-elle efficace, présente-t-elle des effets indésirables ? 

Vous allez lire dans cet article qu’il existe des alternatives au Smecta, bien plus efficaces, pour réguler le transit de votre chat, et surtout traiter son souci à la racine.

Quels sont les effets du Smecta sur le chat ayant la diarrhée ?

D’expérience d’éleveurs aguerris à la santé animale depuis 30 ans, via notre élevage des Joyeuses Gambades, donner du Smecta à un chat lorsqu’il présente des selles molles ou des diarrhées s’avère totalement inefficace. C’est le cas, quel que soit le dosage utilisé. 

D’ailleurs, il est crucial de savoir que le Smecta est contre-indiqué pour les chats présentant une hypersensibilité à la diosmectite, ou à un autre excipient du médicament. 

Par ailleurs, le Smecta peut présenter des effets secondaires sur le chat1

  • Des effets secondaires gastro-intestinaux, telle qu’une constipation lorsque le dosage utilisé est trop important, ou des flatulences
  • Dans des cas plus rares, des vomissements, urticaires, éruptions cutanées, démangeaisons et angio-œdèmes ont été rapportés 

En somme, il n’est pas recommandé de donner du Smecta à un chat. Il existe en effet des alternatives réellement efficaces, et plus appropriées, adaptées à certaines situations de selles molles ou de diarrhées du chat.

Quelles alternatives au Smecta pour calmer les diarrhées du chat ?


Si vous recherchez un plâtre intestinal vraiment adapté au système digestif du chat (et donc réellement efficace), vous pouvez vous tourner vers le Kaopectate2.

Le Kaopectate

Si vous recherchez un plâtre intestinal vraiment adapté au système digestif du chat (et donc réellement efficace), vous pouvez vous tourner vers le Kaopectate

Le Kaopectate contient… 

  • De la pectine, qui protège la muqueuse intestinale et aide à ralentir le transit du chat
  • Du kaolin, qui absorbe les toxines d’origine bactérienne et les acides organiques liés à une mauvaise digestion des aliments

Son principe est donc simple : limiter l’afflux d’eau dans la lumière intestinale, et donc les diarrhées du chat. 

On notera que le Kaopectate, un « Smecta pour chat » réellement adapté à nos animaux, ne présente aucune toxicité, aucune contre-indication, et aucun effet secondaire notable

Vous allez voir dans la suite de l’article qu’il existe une solution 100 % naturelle aux selles molles du chat. Cependant, le Kaopectate peut s’avérer d’une grande aide lorsque le fait de mettre votre chat à la diète ne suffit pas, ou bien si ses selles sont tellement liquides qu’elles représentent un risque de santé plus grave pour votre compagnon.

Le Prifinial

Si votre chat présente des selles extrêmement liquides, notamment s’il s’agit d’un jeune chaton, vous recherchez peut-être un médicament pour empêcher sa déshydratation. Dans ce cas, il est possible de vous tourner vers le Prifinial3, un antispasmodique très efficace (que l’on trouve aussi sous le nom de « Bromure de Prifinium »). 

Son but : calmer très rapidement l’hypersécrétion digestive, grâce à son action anticholinergique spécifique des récepteurs muscariniques du tube digestif. Une fois ingéré, ce médicament est majoritairement évacué par la voie biliaire et les sécrétions digestives

Attention ! 

Voici quelques informations complémentaires importantes concernant le Prifinial pour le chat : 

  • Les contre-indications du Prifinial sont les cas de glaucome, d’arythmie tachycarde, d’hypertrophie de la prostate, de constipation suite à une atonie intestinale ou de sténose pylorique.
  • Il peut entraîner une sécheresse des muqueuses et une mydriase des yeux durant la période du traitement. Mais ces symptômes disparaissent rapidement par la suite, et ne sont pas spécifiquement dangereux pour votre animal.
  • Des cas rares de nervosité défensive ont été constatés chez certains animaux suite à l’utilisation du médicament. C’est le cas de votre chat ? Arrêtez tout simplement le traitement.

Les selles molles ou diarrhées de votre compagnon persistent sur un long laps de temps, malgré l’utilisation de ces alternatives au Smecta pour le chat ? Il vous faudra consulter votre vétérinaire pour le faire ausculter, et celui-ci pourra vous prescrire un antibiotique spécifique. L’automédication systématique n’est pas recommandée, et il vous faut toujours privilégier des méthodes naturelles, ou bien un recours à un expert de la santé animale.

Cependant, de nombreux cas de diarrhée et de selles molles du chat peuvent être aisément résolus, simplement en appliquant quelques principes de bon sens à son alimentation. Mais, avant de découvrir ces quelques étapes pour guérir le chat de ses diarrhées, il s’agit de comprendre d’où viennent ses soucis digestifs…

Quelles alternatives au Smecta pour calmer les diarrhées du chat ?

Pour réellement aider votre chat à se sortir de ses soucis intestinaux, découvrez les quelques éléments qui peuvent causer ses selles molles ou diarrhées chroniques. Vous allez voir que vous aurez besoin de ces connaissances, par la suite, pour éradiquer ses problèmes de santé !

Smecta pour chat contre la diarrhée

Les légumes, fruits, tubercules et légumineuses

Malgré des millénaires passés aux côtés de l’homme, la science est formelle : le chat demeure un carnivore par nature. La preuve : son intestin est trois fois plus court que celui de l’humain, lisse et sans ostracions4. La conséquence ? Il ne peut correctement digérer les légumes, fruits, tubercules et légumineuses, et ces ingrédients provoquent de fortes irritations sur son système digestif. 

C’est pourquoi, lorsqu’un chat consomme ces ingrédients (ou des aliments en contenant, même la plus infime trace), il subit quasi systématiquement des diarrhées ou selles molles. Les méfaits de ces ingrédients sur nos compagnons ne s’arrêtent d’ailleurs pas là, et incluent également des vomissements de bile chroniques, des troubles hépatiques, des dermatites ou encore des pancréatites aiguës.

D’ailleurs, vous ne le saviez peut-être pas, mais le Centre Antipoison Animal de l’École Nationale Vétérinaire classe la pomme de terre5, le raisin6, l’ail et l’oignon7 comme « toxiques » pour nos animaux de compagnie. 

Et malheureusement, on ne compte plus le nombre d’aliments pour chat qui, à l’heure actuelle, intègrent des pommes de terre8, des patates douces, des lentilles, des pois, des pois chiches, des petits pois, des tomates, des courgettes, ou d’autres ingrédients nocifs pour nos compagnons dans leur composition.

Les protéines et graisses animales de qualité discutable

De la même manière que les légumes sont nocifs pour le système digestif du chat, les protéines et graisses animales de qualité médiocre provoquent des irritations chroniques des intestins des chats. Eh oui : en tant que carnivores, ils ont non seulement besoin d’une bonne quantité de protéines animales, mais aussi d’une qualité de protéines optimale ! 

Et là encore, malheureusement, on peut dire que les rayons de nourriture animale sont truffés d’aliments à base de protéines et graisses animales fort peu recommandables. C’est notamment le cas des aliments qui… 

  • Intègrent des sous-produits animaux9 10. On les voit souvent apparaître sur les sacheries de pâtées ou croquettes pour chat, mais peu de gens savent encore ce qu’ils représentent réellement. En fait, il s’agit des déchets de l’industrie agroalimentaire humaine, regroupant de bas morceaux que nous ne consommons pas, tels que têtes, carcasses, cuirs, cous, pattes, becs, plumes… 
  • Proviennent de pays aux législations peu regardantes concernant la nourriture animale. En effet, certaines contrées font peu de cas des règles à suivre en matière de protéines animales dans la nourriture pour chat et chien. C’est ainsi que, dans les pays d’Amérique du Nord, il est légal et très fréquent d’intégrer des viandes avariées recyclées à la Javel11 à la composition de la PetFood. Ou bien même d’y voir apparaître des viandes dites « fraîches », qui sont en fait reconstituées à partir d’un mélange de farines animales, de graisses, de minéraux, et surtout de beaucoup d’eau. 

Si votre compagnon souffre de selles molles, et nécessite un traitement anti-diarrhée pour chat, c’est peut-être donc qu’il consomme de la nourriture contenant ce type de protéines animales inadaptées. 

Les parasites intestinaux

Si vous pensez que votre compagnon a besoin de Smecta pour chat (ou d’un traitement similaire), c’est peut-être que ses diarrhées ou selles molles sont dues à une prolifération de parasites dans ses intestins. 

En effet, plusieurs types de parasites intestinaux sont réputés pour modifier l’apparence et la consistance des selles du chat :

  • Les vers (plats, ronds, solitaires…) ont pour effet de rendre les selles du chat molles. 
  • La Giardiose, une maladie provoquée par un parasite nommé Giardia, créé des selles molles, parfois avec des glaires, du mucus gluant, dedans ; il peut également y avoir dans les excréments du chat des couleurs verdâtres inhabituelles, ou encore des filets de sang. Pour en savoir plus sur la Giardiose, consultez notre article dédié au sujet.
  • La Coccidiose, une affection causée par des coccidies, provoque des selles très molles, voire liquides, et aux couleurs jaunâtres très caractéristiques.

Un brusque changement d’alimentation 

Il peut arriver que les selles du chat deviennent molles, voire diarrhéiques, lorsque l’animal subit un changement d’alimentation trop brusque, qui vient déstabiliser sa flore intestinale

En effet, il est recommandé, lorsque vous souhaitez faire changer votre chat de régime alimentaire, de procéder à une transition de quelques jours entre son ancien aliment et le nouveau. 

Si les selles molles ou diarrhées de votre chat persistent après la période de transition, c’est peut-être qu’il souffre d’un souci de qualité de sa nourriture, ou bien de parasites intestinaux, comme vu précédemment. 

Bon à savoir : Certains médicaments peuvent également provoquer des changements de consistance des excréments du chat. C’est notamment le cas de certains antibiotiques, corticoïdes et vermifuges. 
Si votre chat suit actuellement un traitement médicamenteux, vérifiez donc la notice de ses médicaments pour voir si y sont mentionnés de tels effets secondaires. Si c’est le cas, nous ne pouvons que vous recommander de vous rapprocher de votre vétérinaire pour lui trouver une alternative moins invasive pour son système digestif. À ce sujet, n’hésitez pas également à nous demander conseil.

3 étapes pour guérir durablement votre chat de sa diarrhée

Vous devez désormais avoir une petite idée de ce qui peut potentiellement être à l’origine des soucis de digestion de votre chat. Il est désormais temps d’agir, grâce à ces 3 étapes clés pour durablement faire disparaître les diarrhées et selles molles du chat !

Étape 1 : Trouver d’où vient le souci de selles molles ou diarrhées

Dans un premier temps, pour retrouver tous les symptômes liés aux différents soucis de diarrhée du chat, n’hésitez pas à consulter notre article “Mon chat a la diarrhée : de quoi cela peut-il venir ?”. Celui-ci recense avec précision les différents cas de selles anormales chez le chat (selles molles et noires, odorantes ou non, jaunes, glaireuses, avec du sang…).

Par la suite, si vous suspectez que votre chat a la Giardiose ou la Coccidiose, il faudra demander à votre vétérinaire un test spécifique à ces deux maladies. Ce test, bien que peu onéreux, est rarement pratiqué par les spécialistes de la santé animale : n’hésitez pas à insister pour qu’il soit pratiqué sur les selles de votre compagnon. Votre vétérinaire pourra ensuite prescrire le traitement adapté à l’une des deux pathologies, si le diagnostic est confirmé.

Et si vous pensez que des vers sont responsables des selles étranges de votre chat, il vous faudra le vermifuger en bonne et due forme. 

Si aucun de ces éléments ne semble responsable des selles molles de votre compagnon, c’est bien qu’il s’agit d’une origine alimentaire. D’ailleurs, même dans le cas de parasites intestinaux, pour éviter la récidive des diarrhées, il vous faudra en passer par un passage à une alimentation plus adaptée pour lui. En effet, une nourriture inadaptée aux besoins originels du chat crée un terrain favorable au développement de ces parasites.

Étape 2 : Mettre le chat au jeûne pendant 24 heures

Cette deuxième étape est cruciale pour aider votre chat à se sortir de ses soucis de selles molles ou diarrhées. En effet, le jeûne total du chat pendant 24h lui permet de se focaliser sur le fait d’éliminer les éléments qui causent son inconfort intestinal, mais aussi de calmer l’inflammation de ses intestins.

Veillez uniquement, pendant ce laps de temps, à laisser à votre compagnon une gamelle d’eau à disposition, pour qu’il reste bien hydraté. 

À l’issue de cette étape (et avec des traitements adaptés de la Coccidiose, Giardiose ou des vers si nécessaire), les selles de votre chat devraient retrouver une apparence et une consistance normales.

Étape 3 : Remplacer sa nourriture par un aliment adapté à ses besoins originels

Vous avez d’ores et déjà dit “au revoir” à la diarrhée de votre compagnon… et si vous lui disiez désormais “adieu” ? 

En effet, quel que soit le problème initial, votre chat a besoin d’une nourriture adaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels pour lutter contre la récidive des selles molles et diarrhées. 

Mais, en parlant avec les propriétaires soucieux de la santé de leurs animaux, nous nous rendons rapidement compte combien la recherche d’un aliment réellement adapté aux besoins originels des chats peut être compliquée. Il faut dire que l’offre pléthorique de croquettes et de pâtées pour chat disponible, aussi variée en apparence que floue, rend la tâche complexe. 

Pour y voir clair, et protéger durablement la santé de votre chat, revenez-en au bon sens : de quoi a-t-il réellement besoin ? Cette question peut trouver sa réponse en quelques critères clés de qualité alimentaire, que voici : 

  1. Une nourriture sans légumes, légumineuses, tubercules ou fruits. Vous connaissez désormais leurs méfaits sur la santé de nos animaux. Il est donc de votre responsabilité de lui trouver un aliment excluant toute forme d’ingrédient similaire, qui peut mettre son système digestif à rude épreuve !
  2. Une nourriture gorgée de bonnes protéines et graisses animales. Choisissez un aliment contenant des protéines animales provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine. Et, comme la provenance des ingrédients est également essentielle, privilégiez des aliments à base d’ingrédients provenant de pays aux législations fermes en la matière, comme la France. 
  3. Une nourriture limitant son taux de glucides à 33 % maximum (soit ⅓ de la composition totale de l’aliment). Si les glucides s’avèrent avoir une digestibilité de 99 % chez les chats et les chiens12 13, point trop n’en faut. En effet, au-delà de 33 % de taux de glucides, ceux-ci perdent leur effet neutre sur la santé du chat, et peuvent induire des soucis d’obésité, de diabète, ou encore d’infections urinaires chroniques14
  4. Une nourriture cuite à basse température. Le saviez-vous ? Lorsque certains aliments sont cuits à haute température, ils libèrent deux types d’éléments nocifs pour la santé du chat : des acrylamides15 d’une part (cancérigènes), des Advanced Glycated End products16 d’autre part (toxiques pour la santé rénale du chat). Sélectionnez-lui un aliment cuit à basse température pour lui éviter d’avoir à vivre ces soucis de santé.
  5. Une nourriture testée en laboratoire contre les mycotoxines, métaux lourds et OGM. On ne cesse de pointer du doigt, dans la littérature spécialisée, les effets nocifs de ces éléments sur la santé de nos animaux comme la nôtre. Pour les en protéger, vous n’avez d’autre choix que de faire confiance à des fabricants ayant fait tester leurs aliments, et affichant en toute transparence les résultats de ces tests.

Une croquette anti-diarrhée par nature, ça existe ?

La réponse est oui : les croquettes pour chat CROQ’ la Vie ont déjà permis à de nombreux animaux de retrouver une meilleure santé gastro-intestinale ! 

Il n’y a pas de secret à ces résultats époustouflants : il n’y a dans CROQ’ la Vie que ce dont a réellement besoin votre compagnon. 70 % d’ingrédients d’origine animale, provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine, 21 % de glucides seulement, une cuisson basse température, et bien sûr, aucun légume, tubercule, légumineuse ou fruit. La recette idéale pour préserver la santé de votre compagnon tout au long de sa vie, en somme. 
Besoin de plus de preuves de notre engagement pour la santé animale ? Consultez les résultats de nos tests menés en laboratoire sur notre site web

Vous avez désormais les clés pour redonner une meilleure santé gastro-intestinale à votre compagnon, sans donner du Smecta au chat. Si vous sentez le besoin d’obtenir plus de conseils sur la santé de votre compagnon, n’hésitez pas à nous contacter, via les commentaires ci-dessous, ou par email directement.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. []  RCP Officiel du SMECTA selon l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) : http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69584073&typedoc=R&ref=R0241995.htm
  2. []  Résumé des caractéristiques Produits (RCP) de la KAOPECTATE – plâtre intestinal pour chien : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=KAOPECTATE
  3. []  RCP Officiel du Prifinial pour chien, anti-péristaltique en cas de diarrhée : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=PRIFINIAL+SOLUTION
  4. [] Mammalogy – Adaptation, Diversity, Ecology, de A.George Feldhamer Lee C. Drickamer Stephen H. Vessey Joseph F. Merritt Carey Krajewski – edition Johns Hopkins University Press (4ème édition) – 27 mars 2015
  5. []  Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html  
  6. []   Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” :  https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  7. []  L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” :  https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  8. []  Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html 
  9. []  SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  10. []  RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  11. []  Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  12. []  Carciofi, A. C., Takakura, F. S., De‐Oliveira, L. D., Teshima, E., Jeremias, J. T., Brunetto, M. A., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on dog diet digestibility and post‐prandial glucose and insulin response. Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 92(3), 326-336. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18477314
  13. []  De-Oliveira, L. D., Carciofi, A. C., Oliveira, M. C. C., Vasconcellos, R. S., Bazolli, R. S., Pereira, G. T., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. Journal of Animal Science, 86(9), 2237-2246. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18469063
  14. []    Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  15. []  FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  16. []   Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique