Coprophagie du chien : quels causes, risques et traitements ?


39 vues 0 commentaire
Coprophagie du chien : quels causes, risques et traitements ? Coprophagie du chien : quels causes, risques et traitements ?

Votre chien se livre-t-il à un étrange festin : manger des excréments ? La coprophagie suscite de vives interrogations chez les maîtres, et peut poser problème chez les chiens adultes.  

Quels sont les causes de la coprophagie et les risques qui y sont liés ? Quelles approches existe-t-il pour traiter ce comportement ? 

Dans cet article, découvrez également pourquoi de plus en plus de chiens sont touchés par ce comportement, et l'importance cruciale d'une alimentation adaptée dans ce contexte. 

Qu’est-ce que la coprophagie chez le chien ? 

La coprophagie est un comportement observé chez certains chiens. Il se traduit par la consommation de leurs propres selles, celles d'un congénère et/ou d'une autre espèce. 

La coprophagie diffère du comportement de pica, qui consiste à manger des éléments non alimentaires, comme les selles, mais aussi le bois, la terre, le papier, etc. 

Selon une étude scientifique récente, 16% des chiens mangent régulièrement des excréments.1

Selon une autre étude, la coprophagie est considérée comme “normale” chez les chiens2, surtout chez les chiennes ayant récemment eu une portée. Cela peut contribuer à maintenir la propreté dans l'environnement des chiots. De même, les chiots peuvent être amenés à manger leurs excréments par curiosité ou mimétisme en voyant leur mère le faire. 

Bien que la coprophagie puisse disparaître avec l'apprentissage de la propreté, si elle persiste chez les chiens adultes, elle peut causer des problèmes pour le chien et son propriétaire. 

Les points importants  

  • La coprophagie est le fait que le chien ingère ses selles, celles d’un autre chien ou d’un autre animal. 
  • La coprophagie est considérée comme normale chez la chienne ayant eu une portée et chez les chiots. 
  • La coprophagie ne comporte pas beaucoup de risques chez le chien adulte, mais plutôt chez les chiots ou les chiens âgés. 
  • Au vu des résultats, une alimentation de qualité et en bonne quantité semble prometteuse pour corriger le comportement coprophage. 

Coprophagie du chien : les causes 

La coprophagie chez les chiens peut avoir plusieurs causes potentielles, mais il n'y a pas de consensus scientifique clair sur le sujet. Voici un résumé des causes souvent évoquées : 

  • Des carences alimentaires : une possible carence en vitamine B a été suggérée, bien que cette thèse ne soit pas encore prouvée. 
  • La faim et les restrictions alimentaires : certains propriétaires de chiens coprophages ont décrit leur animal comme particulièrement gourmand ou vorace3, mais le lien avec la coprophagie n’est pas fondé. 
  • L’ennui, le stress et l'anxiété : ces 3 facteurs peuvent favoriser le comportement coprophage chez les chiens, même s'ils ont des jouets à leur disposition.4
  • Le stress chronique : les chiens maintenus dans des espaces restreints peuvent développer un comportement coprophage.5 
  • Une tendance héritée du loup : les ancêtres du chien nettoyaient leur tanière pour prévenir l'apparition des parasites intestinaux d'origine fécale.6
  • Une maladie digestive : certaines maladies digestives, telles que l'atrophie dégénérative du pancréas7, peuvent être associées à la coprophagie. 

Il convient de noter que toutes ces causes sont des hypothèses et ne sont pas systématiquement vérifiées chez tous les chiens coprophages. 

Toutefois, une observation empirique, non soutenue par des études scientifiques, mentionne l'introduction des croquettes sans céréales sur le marché de la “Pet food” comme cause potentielle de l'augmentation de la coprophagie chez les chiens. Ces croquettes contiennent des ingrédients, tels que les pommes de terre, les patates douces, les pois, les pois chiches ou les lentilles, qui pourraient affecter la digestion et l'intestin, contribuant ainsi au comportement coprophage. D'ailleurs, l'arrêt de ces ingrédients dans l'alimentation des chiens constitue une solution efficace pour mettre fin à la coprophagie, ainsi qu'à d'autres comportements indésirables tels que le pica

Il est important de prendre en compte ce comportement chez le chien, car il peut entraîner diverses complications, en particulier chez les chiens les plus sensibles.

Les risques de la coprophagie chez le chien

Il y a peu de risques sanitaires chez le chien adulte coprophage, car l’acidité de son estomac neutralise normalement la majorité des bactéries pathogènes. Cependant, ils sont plus accrus chez les chiots et les chiens âgés dont le pH gastrique est un peu moins acide.   

La coprophagie peut donc faciliter : 

  • la transmission de parasites, comme les kystes de giardia, coccidies, cryptosporidie8 ou de vers intestinaux tels que Toxocara canis9
  • une occlusion gastrique (cas rares), suite à l’ingestion répétée de bouses de vaches et de crottins de cheval utilisés.10  

Comment faire cesser ce comportement ? Y-a-t-il un remède ? 

Quels traitements possibles ?

De nos jours, de nombreux produits prétendent pouvoir traiter la coprophagie chez les chiens en rendant leurs excréments moins attrayants. Cependant, une récente étude a démontré que 11 traitements naturels ont montré une efficacité quasi-nulle1, ce qui signifie qu'ils n'ont pas réussi à modifier le comportement des chiens.

En réalité, nous ne comprenons pas pourquoi les chiens qui mangent une alimentation contenant des ingrédients inadaptés ou de qualité discutable deviennent coprophages, à moins qu'ils ne soient affamés et cherchent de la nourriture ailleurs. Bien que l'on puisse supposer une carence nutritionnelle, celle-ci n’est pas objectivable et semble ne pas exister, car aucune étude n'a pu prouver quoi que ce soit à ce sujet. 

Cependant, notre expérience nous a montré que la solution pour mettre fin à la coprophagie, et à d'autres comportements indésirables tels que le pica, serait d'éliminer les ingrédients inadaptés de l'alimentation de nos chiens. 

Et c'est précisément là que les croquettes CROQ’ la Vie entrent en jeu, car elles sont formulées selon 5 critères de qualité et de bon sens pour répondre aux besoins nutritionnels de votre animal. 

Si vous souhaitez offrir à votre chien une alimentation saine et équilibrée, téléchargez gratuitement votre infographie. Elle vous aidera à choisir les meilleures croquettes pour votre compagnon à quatre pattes. 

5 critères pour choisir la croquette idéale ! 

TÉLÉCHARGEZ L’INFOGRAPHIE 

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?  

Contactez-nous via les commentaires ci-dessous ou directement par email. C'est avec plaisir que nous partageons notre expérience.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] [] The paradox of canine conspecific coprophagy Benjamin L. Hart,Lynette A. Hart,Abigail P. Thigpen, Alisha Tran,Melissa J. Bain, Veterinary Medicine and Science
  2. [] Anton C. Beynen, Diet and canine coprophagy
  3. [] The paradox of canine conspecific coprophagy Benjamin L. Hart,Lynette A. Hart,Abigail P. Thigpen, Alisha Tran,Melissa J. Bain, Veterinary Medicine and Science
  4. [] Boze B. A comparison of common treatments for coprophagy in Canis familiaris. J Appl Companion Anim Behav 2008; 2: 22-28.
  5. [] Beerda B, Schilder MBH, Van Hooff JARAM, De Vries HW, Mol JA. Chronic stress in dogs subjected to social and spatial restriction. I. Behavioral responses. Physiol Behav 1999; 66: 233-242.
  6. [] The paradox of canine conspecific coprophagy Benjamin L. Hart,Lynette A. Hart,Abigail P. Thigpen, Alisha Tran,Melissa J. Bain, Veterinary Medicine and Science
  7. [] Räihä M, Westermarck E. The signs of pancreatic degenerative atrophy in dogs and the role of external factors in the etiology of the disease. Acta Vet Scand 1989; 30: 447-452.
  8. [] HAND, THATCHER, REMILLARD, ROUDEBUSH, Alternative eating behaviours, In: Small Animal Nutrition, 4th Ed., Mark Morris Institute, Topeka, Kansas, 1999: 227-228.
  9. [] Nijsse R, Mughini-Gras L, Wagenaar JA, Ploeger HW. Recurrent patent infections with Toxocara canis in household dogs older than six months: a prospective study. Parasites Vectors 2016; 9: 531. DOI 10.1186/s13071-016-1816-7
  10. [] WIDDOWSON MA : Coprophagic complications. Veterinary record 1994, 134 : 15,396

Partagez cet article

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Imprimer

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité