Sang dans les selles du chat : est-ce grave ? Que faire ?

52 vues 0 commentaire
9 minutes de lecture
sang dans les selles de mon chat sang dans les selles de mon chat

Le sang dans les selles d’un chat : voilà un symptôme qu’on ne peut pas ignorer, et qui peut sembler préoccupant. Souffrait-il d’une gastro aggravée ? Ou d’une maladie plus grave ?

Ne vous inquiétez pas : le côté hémorragique du symptôme peut faire peur, mais il n’est pas si grave que ça. Mieux encore : il est plutôt simple de réagir, et de rétablir rapidement un transit intestinal et des selles normales chez le chat.

Dans cet article, découvrez les deux raisons qui peuvent expliquer le sang dans les selles de votre chat, ainsi que 3 étapes pour faire cesser ces selles anormales.

Pour tout savoir sur le souci de la diarrhée chez le chat et ses différentes origines, rendez-vous sur notre dossier Diarrhée du chat : quelles causes et comment la soigner ?

Cas #1 : Du sang et des glaires dans les selles du chat

Dans un premier cas, le sang dans les selles du chat apparaît de manière très distinctive. Ses selles comportent un mucus gluant, sous forme de glaires, en plus des filets de sang. Dans ce cas précis, ses matières fécales peuvent également présenter des couleurs verdâtres, ternes, voire tourner au gris. 

Si c’est le cas de votre chat, il est fort probable qu’il souffre de la Giardiose. Il s’agit d’une parasitose, provoquée par un parasite intestinal nommé Giardia duodenalis. 

Mais pas de panique : cette maladie est très fréquente chez nos compagnons, et se soigne très bien. Vous allez le découvrir dans la dernière partie de cet article, qui vous éclairera sur le traitement contre la diarrhée ou les selles molles du chat.

Cas #2 : Uniquement du sang dans les selles du chat

Vous constatez la présence de sang dans les selles de votre chat, mais sans glaires apparentes ? Dans ce cas-ci, on peut soupçonner une intoxication aux légumes, aux fruits, aux légumineuses ou aux tubercules

En effet, ces ingrédients n’appartiennent pas au régime originel de nos chats, qui sont par nature carnivores. Il suffit d’observer leurs intestins pour en être sûr : celui-ci est trois fois plus court que celui de l’homme, lisse et sans ostracion1. Ainsi, lorsqu’un chat mange ces ingrédients, ceux-ci provoquent une forte irritation de son système digestif.

Or, ces dernières années, on constate que les fabricants de pâtées et croquettes pour chat ne cessent d’intégrer ces ingrédients aux compositions de leurs aliments. On y trouve souvent des pommes de terre, des patates douces, des lentilles, des pois, des pois chiches, des petits pois, des tomates, des courgettes, et d’autres incongruités du même genre. 

Voilà qui paraît insensé, et provoque bon nombre de selles molles et diarrhées du chat, avec ou sans sang. D’ailleurs, sachez-le : certains de ces ingrédients sont enregistrés comme “toxiques” au Centre Antipoison Animal de l’École Nationale Vétérinaire, comme la pomme de terre2, le raisin3, l’ail et l’oignon4.

Maintenant que vous comprenez l’origine du sang dans les selles du chat, la question qui vous vient à l’esprit est sans doute : comment le guérir ?

soigner la giardiose du chat

3 étapes pour guérir le chat de ses selles molles ou sa diarrhée avec du sang

Vous allez très rapidement constater qu’il est simple de soigner le chat qui souffre de selles molles ou de diarrhée avec du sang. Que le souci soit lié à la Giardiose ou au contenu de sa gamelle, vous allez également voir qu’il sera nécessaire de se pencher sur son alimentation pour le guérir, et éviter la récidive. 
Découvrez ici les 3 étapes d’un traitement de la diarrhée du chat aussi naturel que possible.

Étape 1 : L’identification de la cause de ces selles anormales

Si vous avez compris, dans le début de cet article, les causes du sang dans les selles du chat, il vous faut maintenant confirmer ce primodiagnostic.

Retenez donc cela : 

  • Si les selles de votre chat sont glaireuses, il faudra demander à votre vétérinaire un test spécifique contre la Giardiose. Celui-ci est peu spontanément pratiqué, mais très simple : le vétérinaire va analyser les selles de votre chat, pour y détecter ou non la présence du parasite Giardia. Si le diagnostic de la Giardiose s’avère bon, il faudra ensuite traiter très spécifiquement sa maladie : d’abord avec le vermifuge Panacur (l’un des seuls efficaces contre la Giardiose) ; puis, si ce vermifuge n’a pas fonctionné, par l’un des deux antibiotiques, Metrobactin ou Flagyl, qui demandent une grande surveillance vétérinaire. Pour être sûr de bien mener ce traitement de la maladie, nous vous conseillons de lire notre article dédié à la Giardiose chez le chat.
  • Quelles que soient les caractéristiques des selles de votre chat, prenez le temps d’observer la composition des aliments que vous lui donnez. Il est fort probable que vous y trouviez des traces de légumes : si c’est le cas, votre chat souffre sans doute de fortes irritations de son système digestif, provoquant les selles avec filet de sang.

Étape 2 : Un jeûne de 24 heures

À l’issue de la première étape, vous avez normalement éliminé de l’environnement du chat les éléments responsables du sang dans ses selles. Il s’agit désormais d’aider son organisme à évacuer les éléments à l’origine du souci
Et pour ça, on n’a encore pas trouvé de remède plus efficace et plus naturel que le jeûne. En effet, en laissant votre compagnon à jeun pendant 24h, vous allez l’aider à calmer l’inflammation de son système digestif. À l’issue de ces 24h, le souci de sang dans les selles du chat devrait avoir disparu… mais il ne vous faut pas pour autant vous arrêter ici, sous peine de récidive !

Étape 3 : Une alimentation adaptée pour mettre fin à ses soucis

Quelle que soit la cause initiale des selles anormales du chat, le souci est éminemment lié à la nourriture qu’il consomme

D’un côté, les légumes provoquent une irritation de son système digestif. 

De l’autre, le développement de la Giardiose (comme de tous les parasites intestinaux) est favorisé par les alimentations inadaptées : les parasites trouvent dans le système digestif du chat un terrain propice pour proliférer.

Pour éviter la récidive, et stopper définitivement les soucis de selles molles ou diarrhées avec du sang chez le chat, il est donc crucial que vous lui trouviez une alimentation réellement adaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels

Seulement, bon nombre de propriétaires, voulant pourtant bien faire, se retrouvent perdus dans l’offre pléthorique de pâtées et de croquettes pour chat disponible sur le marché. Comment savoir lesquelles peuvent satisfaire les besoins de votre compagnon, et préserver sa santé durablement ? 

Revenons-en au bon sens, et à la nature même de votre chat. De quoi a-t-il réellement besoin, et quels sont les éléments à éviter de mettre dans sa gamelle pour prendre soin de la santé de son intestin ? 

Voici les quelques critères de qualité alimentaire, basés sur les besoins originels de votre chat, qu’il vous faudra suivre :

  1. Aucun légume, fruit, tubercule ou légumineuse. Vous avez bien vu qu’ils étaient souvent à l’origine du sang dans les selles des chats. Malheureusement, leurs méfaits sur la santé de nos compagnons ne s’arrêtent pas là. Ils sont également à l’origine de bon nombre de vomissements chroniques, de troubles hépatiques, de soucis de dermatite et de pancréatites aiguës. Ils sont donc à éviter à tout prix, et à traquer sur les étiquettes des aliments que vous envisagez d’acheter à votre compagnon !
  2. Une bonne dose de protéines et graisses animales de qualité. En tant que carnivore, votre chat présente de grands besoins en protéines animales. Seulement, là encore, bon nombre d’aliments intègrent des protéines animales de qualité fort discutable, qui irritent également le système digestif de nos chats. C’est le cas notamment des sous-produits animaux5 6, qui consistent en un mélange de tous les bas morceaux que nous, humains, ne consommons pas : têtes, carcasses, cuirs, cous, pattes, becs, plumes et autres joyeusetés… Attention également aux aliments contenant des viandes provenant de pays aux législations moins strictes que la France. En Amérique du Nord, il est par exemple totalement légal (et très fréquent) d’utiliser des viandes avariées recyclées à la Javel7 dans la nourriture animale. Ou encore d’y intégrer des viandes dites “fraîches”, qui sont en fait reconstituées à partir d’une mixture de farine animale (dont on connaît rarement l’origine), de graisses, de minéraux, et de surtout beaucoup d’eau. Privilégiez donc des protéines issues de viande provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine, et de pays aux législations fermes, comme la France.
  3. Un taux de glucides limité à 33 % maximum (soit ⅓ de la composition de l’aliment). C’est en effet seulement au-delà de ces 33 % que les glucides perdent leur effet neutre sur la santé de nos compagnons. Si ce taux de glucides est trop élevé, il peut engendrer des soucis d’obésité, de diabète, ou d’infections urinaires chroniques8 chez le chat.
  4. Une cuisson à basse température. Peut-être ne le saviez-vous pas, mais la cuisson haute température de certains aliments libère deux types d’éléments dans la nourriture du chat : des acrylamides9 (cancérigènes), ainsi que des Advanced Glycated End products10 (toxiques pour les reins de l’animal). Pour réellement préserver sa santé, choisissez-lui donc des pâtées ou croquettes cuites à basse température.
  5. Une nourriture testée en laboratoire contre les mycotoxines, métaux lourds et OGM. On parle de plus en plus souvent des effets nocifs de ces éléments sur notre santé… et on en oublie qu’ils sont encore malheureusement présents en trop grande quantité dans la gamelle de nos animaux ! Rien qu’en ce qui concerne les métaux lourds, deux études11 12 ont récemment prouvé que 24 % des aliments qu’elles avaient testés contenaient des teneurs en Arsenic bien supérieures à la limite fixée par l’Union européenne. Pour choisir le bon aliment pour votre animal, il n’y a qu’une solution : se fier à des fabricants dévoilant sans fard les résultats de tests menés en laboratoire indépendant. Cette démarche demeure pour l’heure rare dans l’univers de la PetFood, mais témoigne d’une transparence essentielle pour la santé de nos chats.

CROQ’ la Vie : des croquettes anti-diarrhée pour chat… par nature !

Si, il y a plus de 15 ans maintenant, nous avons décidé de créer les croquettes CROQ’ la Vie, c’est parce que nous ne trouvions pas d’aliment réellement adapté aux chiots de notre élevage des Joyeuses Gambades. Nous sommes désormais fiers de donner l’opportunité à d’autres propriétaires de prendre soin de la santé de leurs chiens et chats par l’alimentation CROQ’ la Vie. 

Il n’y a pas de secret au fait que ces croquettes aident à lutter contre les selles molles et diarrhées du chat, mais aussi à les préserver d’affections parasitaires. Dedans, nous avons mis tout ce dont un chat a vraiment besoin : 

  1. Aucun légume, fruit, tubercule ou légumineuse
  2. 70 % d’ingrédients d’origine animale, provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine
  3. 21 % de glucides uniquement
  4. Une cuisson basse température, respectueuse de l’intégrité nutritionnelle de nos bons ingrédients

Nos ingrédients sont également testés en laboratoires indépendants : n’hésitez pas à en consulter les résultats ici. CROQ’ la Vie pourrait bien devenir l’aliment qui mettra définitivement fin aux selles molles, voire liquides, de votre chat !

Vous l’avez vu : le souci du sang dans les selles d’un chat n’est pas un souci de santé complexe à guérir. Le plus important : fournir à votre compagnon ce dont il a réellement besoin, pour prendre soin de sa santé et de sa flore intestinale !

Besoin de bénéficier de plus de conseils sur la santé de votre chat, ou son alimentation ? Contactez-nous via les commentaires ci-dessous, ou directement par email. Nous nous faisons toujours un plaisir de vous répondre, et de vous transmettre nos connaissances de la Santé par l’Alimentation©.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. []    Mammalogy – Adaptation, Diversity, Ecology, de A.George Feldhamer Lee C. Drickamer Stephen H. Vessey Joseph F. Merritt Carey Krajewski – edition Johns Hopkins University Press (4ème édition) – 27 mars 2015
  2. []    Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  3. []   Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” :  https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html 
  4. []   L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” :  https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  5. []   SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  6. []  RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  7. []  Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  8. []    Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  9. []  FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  10. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  11. []  Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
  12. []  M. Davies , R. Alborough , L. Jones , C. Davis , C. Williams , et DS Gardner, (2017) : Mineral analysis of complete dog and cat foods in the UK and compliance with European guidelines “Analyse minérale d’aliments complets pour chiens et chats au Royaume-Uni et conformité aux directives européennes.” : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5719410/#CR5

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique